Le CAP petite enfance

Le Certificat d’Aptitude Professionnel petite enfance encore connu sous l’appellation CAP petite enfance, est un diplôme de niveau V qui témoigne des capacités de son titulaire en qualité de prise en charge de la totalité des tâches liées au bien-être des bébés. Les cours dispensés lors de la formation conduisant à l’obtention de ce diplôme ont pour but de former des professionnels capables d’assurer les soins d’hygiène corporelle, ainsi que l’alimentation des petits enfants. Ces cours visent également à permettre aux futurs diplômés de pouvoir participer au développement et à éducation de ces petits enfants.

 

Ce qu’il faut savoir

CAP petite enfanceBien avant d’aborder la formation pour le CAP petite enfance, la candidate potentielle doit être au courant que si une fonction dans ce milieu est gratifiante, elle n’est pas toujours de tout repos. A cet effet, il est indispensable de posséder certaines qualités spécifiques. Avant tout, il est nécessaire de savoir mêler autorité et douceur. Les enfants âgés entre 0 à 6 ans ont tous besoin de tendresse et d’attention afin de s’épanouir. Mais toutefois, il est important de savoir canaliser leurs exigences et leur énergie pour qu’ils intègrent les règles de vie communautaire. D’autre part, le sang-froid et la maîtrise de soi sont indispensables pour faire face à tous les caprices, mais aussi à toutes les grosses colères.

La titulaire du diplôme est également en relation avec certains adultes qui ne sont autres que les parents des enfants, et même des collègues. A cet effet, d’autres qualités s’imposent à l’instar de la discrétion au sujet de la vie privée de la famille, la politesse, la conscience professionnelle, et le respect des engagements.

La base de cette fonction étant l’accueil et la garde du petit enfant, la titulaire du diplôme se doit d’être capable d’assurer l’alimentation, la sécurité et les soins d’hygiène de ce dernier sur le plan pratique. De plus, elle doit veiller à l’hygiène de tous les espaces de vie du petit enfant. Elle contribue aussi à la socialisation, l’éducation, et le développement de ce dernier en parallèle avec ses parents.

La titulaire de ce CAP peut exercer sa profession dans de nombreux lieux comme les structures collectives à l’instar de la crèche, la garderie périscolaire, l’école maternelle, la halte-garderie, le centre de vacances, ou encore le centre de loisirs sans hébergement. Elle peut aussi exercer en milieu familial, et donc à son domicile avec un agrément ou au domicile des parents de l’enfant.

Il existe d’autre part, différents types de formation à savoir : la formation initiale de 2ans en lycée professionnel, la formation en alternance avec contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, la formation en candidat libre, la formation par correspondance, et la formation par validation des acquis. Concernant les conditions d’accès à la formation, un niveau classe de 3ème minimum est requis pour les jeunes. Au sujet des adultes, une première expérience dans le milieu de la petite enfance est un atout.

Le programme de la formation comporte trois phases. Tout d’abord l’enseignement général qui se partage entre le français, l’histoire/géographie, les mathématiques, les sciences physiques et l’EPS. L’enseignement professionnel qui est composé des sciences médico-sociales, de la biologie générale et appliquée, de la vie sociale et professionnelle, ainsi que de la nutrition et alimentation. Enfin nous avons le stage en milieu professionnel.

Il est important de noter que les candidates titulaires d’un autre CAP ou d’un diplôme supérieur sont dispensées de toutes les épreuves générales. Comme avec l’ensemble de ce type d’examen, si une moyenne générale de 10 sur 20 n’est pas obtenue, la candidate conserve le bénéfice des notes égales ou supérieures à 10 durant 5 ans et ne présente à nouveau que les épreuves dont les notes étaient inférieures.

 

Quelques informations sur la formation

Le CAP petite enfanceLes cours de préparation pour le CAP petite enfance s’adressent à toutes les personnes qui respectent les modalités de l’inscription. Ils s’adressent en effet aux jeunes titulaires du niveau 5ème, mais sont également accessibles aux détenteurs d’un BEP ou d’un CAP dans un autre domaine. Les adultes ayant le niveau de troisième ainsi que de l’expérience dans le domaine de petite enfance peuvent aussi préparer le diplôme.

En général, la formation est composée de cours théoriques et pratiques. Le stage permettant à chaque candidat de se familiariser avec le milieu professionnel est aussi obligatoire. Le programme se compose de modules généraux et de matières touchant directement le futur métier de l’élève. On distingue à cet effet : le développement de l’enfant qui inclue son épanouissement moteur et psychique, les troubles du développement ainsi que la pédagogie de l’éveil. Ensuite, nous avons le module de biologie humaine et santé concernant l’hygiène corporelle des jeunes enfants, la physiologie, le maintien de l’intégrité de l’organisme et les maladies infantiles susceptibles d’être rencontrées. On note aussi la nutrition basé la préparation des repas pour petits enfants et la maîtrise de leurs besoins nutritionnels, la vie sociale et professionnelle qui touchant divers domaines dont l’accueil de la petite enfance, l’information, la communication et la prévention des risques. D’autre part, nous avons les thèmes sanitaires et sociaux en relation avec la petite enfance, ainsi que les matières générales.

Au cours de l’enseignement pratique, les apprenants participent généralement à quatre modules à savoir : les techniques d’entretien des locaux et équipements, les préparations culinaires, les méthodes d’animation, et les soins d’hygiène et confort.

En plus de cela, chaque élève doit obligatoirement effectuer des stages en entreprise pendant une durée de 12 semaines souvent repartis sur trois périodes. C’est une étape qui permet à chaque apprenant de développer ses capacités en qualité de petite enfance, et se familiariser avec sa future profession.

Il existe d’autres possibilités de financement de la formation comme avec le contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. A cet effet, les demandeurs d’emploi peuvent bénéficier d’aides financières. Ils peuvent ainsi préparer le diplôme tout en percevant le salaire correspondant au SMIC. Ce sont les organismes de financement publics, comme le Pôle emploi et le conseil régional, qui se chargent des frais des cours des jeunes en quête d’emploi. Bien évidemment, les salariées peuvent bénéficier aussi de financement dans le cadre du CIF.

De nombreux organismes proposent des cours de préparation à ce diplôme. Les candidates souhaitant participer à une formation initiale peuvent s’inscrire auprès d’une école de l’Education nationale prenant en charge ce type de CAP. Tandis que les salariées suivront les cours aux seins des Greta. Il est important de noter qu’il vaut mieux suivre l’enseignement dans des établissements agréés si l’on souhaite bénéficier d’un financement.

En générale, l’examen pour ce CAP est constitué de deux parties avec six épreuves. Pour décrocher le diplôme, il faut obtenir la moyenne aux épreuves, c’est-à-dire 10 sur 20.

Pour de plus amples informations au sujet de cette formation, il est important de remplir un formulaire. Cela permettra d’être mieux situé en tant future candidate à ce CAP.

 

Durée de la formation

Le programme de l’enseignement théorique s’effectue sur une durée d’environ 100 heures au centre de formation. Quel que soit l’âge ou la situation, il existe plusieurs manières de décrocher ce CAP, telles que : la formation par correspondance avec des cours s’effectuant en trois ans après le niveau 5ème et en deux ans après la classe de troisième. Elle peut être généralement proposée par un Centre de Formation des Apprentis (annuaire des CFA) ou un lycée professionnel.

Le stage se fait donc durant 6 à 8 semaines pendant les deux années précédant l’examen. La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) s’adresse aux adultes armées de trois années d’expérience dans le domaine de la petite enfance (0 à 6 ans). Quant à la formation professionnelle continue, elle est réservée aux salariées qui souhaitent se réorienter professionnellement par le biais du congé individuel de formation.

 

Les métiers à exercer avec ce CAPPE

formation petite enfanceAprès la formation, la titulaire du diplôme est apte à assurer parfaitement l’accueil et la garde des enfants. Elle participe ainsi à leur éducation en prenant en charge l’aide à la prise de repas, les soins d’hygiène et les différents jeux. C’est aussi cette professionnelle qui leur permet d’acquérir plus d’autonomie. De plus, elle joue un rôle important sur leur développement intellectuel et surtout affectif. Par ailleurs, la titulaire de ce CAP se charge de l’entretien quotidien des locaux et de conseil aux parents.

Les titulaires de ce diplôme mettent en œuvre leurs compétences acquises dans les milieux familial et collectif, comme l’école maternelle, la crèche, la halte-garderie, ou encore le centre de vacances.

Les formations après le cap petite enfance

Les diplômées dans ce domaine peuvent encore poursuivre leurs études afin de décrocher d’autres certificats leur permettant d’occuper des postes à plus haute responsabilité. Sous certaines conditions, ils ont encore accès à la préparation de diplôme d’état en aide-soignant, ou même auxiliaire de puériculture. Ils peuvent aussi participer à des cours de préparation de Bac pro dans l’univers d’Accompagnement, soins et services à la personne option A ou B. Par ailleurs, les détenteurs de ce CAP peuvent participer aux concours de recrutement des ATSEM proposés par les Centres de gestion de la fonction publique.

Continuer ses études après ce CAP constitue une porte d’entrée sur le marché du travail, aussi vrai que ce diplôme n’est pas une fin en soi. Une fois le CAP obtenu, il est possible d’accéder à un plus large panel de métiers du secteur santé-social. Si certains postes sont directement accessibles avec un ce CAP comme le métier d’agent de crèche, il est possible de poursuivre ses études en présentiel ou via la formation à distance, tout en s’orientant vers un Bac pro ou en préparant un concours d’entrée à l’un des diplômes d’Etat du secteur sanitaire et social. Parmi ceux-ci, on peut noter : le Bac pro ASSP : Accompagnement, soins et services à la personne option A (à domicile) ou option B (en structure), le Bac pro Services aux personnes et aux territoires.

Concernant les concours d’entrée aux diplômes d’Etat nous avons : le diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture, le diplôme d’Etat d’aide-soignant, le diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale (DEAVS), et le diplôme d’État d’aide médico-psychologique (AMP). Suite au concours réussi, le candidat intègre alors une école.

D’autre part, nous avons le concours de la fonction publique d’ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) pour lequel le Brevet d’aptitude aux fonctions d’animation (BAFA) constitue un plus. En plus de cela, on peut encore noter la mention complémentaire Aide à domicile (MCAD) quoi est un diplôme de niveau V se préparant en un an après un BEP Carrières Sanitaires et Sociales, ou un BEPA Services aux personnes.

Il est également possible de chercher un emploi, certains postes étant directement accessibles aux titulaires de ce CAP. Si celui-ci permet d’intégrer directement la vie active, il peut aussi être un tremplin vers d’autres études. Il permet ainsi d’accéder au concours ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) ainsi qu’au concours d’entrée en IFAP (auxiliaire de puériculture) ou IFAS (aide-soignant). Le titulaire du CAPPE est dispensé du pré requis de niveau IV donnant accès au concours d’entrée en formation d’Educateur de Jeunes Enfants au bout de trois ans d’expérience professionnelle. La formation CAPPE représente donc le point de départ de diverses possibilités dans le domaine des petits ou des jeunes enfants.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *